Etudier en temps de Covid : compliqué en France et à l’étranger ?

Crédit photo : Photo prise par Romain en Suède

Témoignage – Romain, étudiant en troisième année de biologie à l’UPEC, est parti poursuivre ses études en Suède en septembre 2020. Il revient les mois qui ont précédé son départ et sur une année compliquée en terme d’apprentissage et d’organisation.

Propos recueillis par Axelle Thévenin et Maria Dumitras, le 10 décembre 2020. 

Qu’as-tu le moins bien vécu pendant le confinement et les cours en ligne ?

Je pense que je n’ai pas trop mal vécu le confinement. Néanmoins, au début, nos professeurs n’étaient pas du tout réactifs pour nous donner les cours ou pour nous envoyer les TD (travaux dirigés), ce qui fait que je ne les ai pratiquement pas travaillés. Pour mes partiels du 2ème semestre, j’ai surtout travaillé à partir des cours et des diapositives qui nous ont été envoyés. Nous n’avons eu que 5 cours via Skype de mars 2020 jusqu’aux partiels et le reste nous parvenait par des diapositives que les professeurs mettaient en ligne. C’était donc très compliqué de suivre puisque comme nous n’avions pas besoin d’être présents à certains horaires, nous avions tendance à ne plus suivre et à nous dire que nous lirions les leçons plus tard. J’ai donc eu énormément de mal à trouver un rythme de travail soutenu et régulier. J’ai surtout commencé à tout rattraper pendant les dernières semaines avant les partiels. J’ai certaines facilités, ce qui a dû m’aider à comprendre et à assimiler tous les cours en si peu de temps. Mon grand problème a été d’organiser mon travail. Quand nous avons cours en semaine à l’université, même si nous ne révisons pas forcément, le fait d’assister à la leçon permet de travailler, d’écouter le cours et d’être investi. Lorsque nous sommes à la maison, nous ne faisons pas grand-chose.

Je n’ai pas trouvé qu’il y avait des avantages aux cours en distanciel. Par contre, j’ai trouvé qu’il y avait plusieurs désavantages, notamment celui de devoir apprendre par soi-même, sans professeur. Quand nous sommes en classe, nous pouvons voir la gestuelle du professeur et nous pouvons donc interagir avec lui plus facilement qu’en ligne ou à travers une diapositive. Nous avons eu peu de cours Zoom et tous concernaient la même matière. Si nous ne travaillions pas par nous-même avec les diapos, nous étions perdus. Je trouve qu’avoir un professeur devant soi pour nous expliquer rend le cours plus facile à suivre qu’un professeur sur Zoom. J’ai remarqué que je prêtais moins attention à l’écran. Quand le professeur est devant nous, les informations sont beaucoup mieux transmises.

Est-ce que tu trouves que vous avez été aidés par les professeurs et par la fac en général ?

Cela dépend. Pendant le premier confinement, les professeurs ne répondaient pas toujours à nos questions par rapport aux cours en eux-mêmes mais aussi par rapport à l’année que nous avions prévu de faire à l’étranger. C’était compliqué lorsque nous avions besoin de réponse urgente, en ce qui concernait les demandes de bourses à l’international par exemple. Ici à l’étranger, les professeurs nous répondent dans la journée ou le lendemain.

Comment vis-tu cette crise sanitaire maintenant que tu résides à l’étranger ? Y a-t-il beaucoup de différences avec ta situation de l’année dernière ?

Cette année, en Suède, comme la situation sanitaire est complètement différente de la France et que les mesures ne sont pas aussi restrictives, nous avons commencé l’année avec des cours en présentiel. C’était très agréable puisque cela avait lieu sur un nouveau campus, je découvrais une nouvelle université. Rien que pour cela j’étais content de pouvoir me rendre à la fac et d’apprécier d’aller quelque part et de changer d’air. Cela a duré jusqu’à mi-novembre, jusqu’à ce que des mesures un peu plus restrictives soient mises en place, en raison d’une hausse des cas en Suède. A partir de là, nous avons commencé à avoir des cours en ligne, jusqu’à ce que tout passe en distanciel, même les TP (travaux pratiques). Pour moi qui suit en biologie, les TP en distanciel sont compliqués, étant donné que nous sommes censés apprendre à manipuler… Ça n’a donc pas d’intérêt lorsque c’est en ligne. Ce qui reste pratique en Suède, c’est que l’université n’est pas fermée, nous continuons donc d’aller à la cafétéria, à la bibliothèque. Il est possible de se promener sur le campus, ce qui nous permet de rester en contact avec des gens que nous avons rencontrés, de se changer les idées, mais aussi de se rendre dans un cadre de travail. Je travaille beaucoup mieux à la bibliothèque, dans un cadre scolaire. Je ne vois pas trop de différence en terme de difficultés des cours, mais c’est vrai qu’ici il est plus facile de suivre les cours et de se mettre au travail. Avoir les cours en distanciel mais pouvoir se rendre à la bibliothèque me semble beaucoup plus simple. Ici, il n’y a pas de confinement mais il y a quand même des mesures. Les personnes respectent très bien la distanciation sociale. Dans la rue, dans les magasins, les personnes laissent toujours au moins deux ou trois mètres d’écart avec les autres, ce qui réduit beaucoup le risque de contamination. C’est aussi pour cela que le masque n’est pas obligatoire.

Merci à Romain d’avoir répondu à nos questions !

Ce texte a été réalisé dans le cadre du cours Reformulation, réécriture, vulgarisation du Master 1 Métiers de la rédaction traduction.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.