Jennifer A : « Voir et contribuer à l’aboutissement d’un projet est une grande satisfaction »

Par Océane De Sousa et Inès Quesada

À 26 ans, Jennifer est une jeune diplômée du master MRT pleine d’ambition. Passionnée de voyages et des langues, c’est une vraie globe-trotteuse. La danse et la gastronomie font également partie de ses centres d’intérêts.

Après une licence LEA anglais/espagnol/portugais, Jennifer a poursuivi avec un master CILA (Commerce International et Langues Étrangères). L’équilibre entre la traduction et le commerce juridique lui plaisait mais l’envie de s’entraîner en rédaction en langue française était de plus en plus présente. C’est la raison pour laquelle elle s’est tournée vers le master Métiers de la Rédaction-Traduction de l’UPEC, avant d’effectuer son stage en tant que Coordinatrice de projets linguistiques multilingues. Ce poste l’a initiée à la gestion de projet.

Comment s’est passée ta recherche de stage ?

Honnêtement, je n’ai pas envoyé beaucoup de candidatures. Il fallait que ce dernier stage me convienne et que je prenne du plaisir à travailler. J’ai donc pensé que la technique serait de trouver une marque qui me corresponde et c’est ainsi qu’après avoir envoyé seulement cinq candidatures, j’ai été prise chez Datawords.

Tu as effectué ton stage en tant que Coordinatrice de projets linguistiques multilingues. Pour quelles raisons as-tu préféré ce poste plutôt qu’un autre ?

Ce poste me permettait de toucher à tout. Chez Datawords, je travaille en B2B (NDLR : Business to Business) car je préfère la relation entre entreprises. De plus, je suis en contact avec des marques venant de différents domaines, comme la mode (Chanel, Kiko, Cartier…). Les supports sont variés, aussi bien au niveau marketing qui passe par le packaging ou le community management, qu’au niveau digital avec, par exemple, des vidéos. J’apprends toujours quelque chose de nouveau et cela me plaît.

Compte tenu de la situation sanitaire au mois de mai, as-tu effectué une partie ou la totalité de ton stage en télétravail ?

A moitié. En juillet, on était présents physiquement au moins deux jours par semaine et le reste du temps en télétravail. On s’arrangeait pour que l’équipe entière ne soit pas là. En septembre, on est passés en télétravail à temps plein jusqu’à fin décembre.

Est-ce que tu as été bien accompagnée par l’équipe ?

Oui, même si techniquement, travailler au bureau est plus confortable. En assistance projet, c’est pratique d’avoir deux écrans, mais à la maison ce n’est pas le cas et c’est plus compliqué. Sinon, nous avons un meeting quotidien vers 10h pour organiser notre journée.

Il y a-t-il une compétence, non requise au départ par l’entreprise, que tu as développée au fil du stage qui s’est avérée être toute aussi importante pour le poste ?

J’avais déjà quelques compétences en gestion de projet, mais j’ai dû apprendre de nouvelles notions. Cela n’a pas été très compliqué car ce sont des tâches récurrentes et on développe donc des automatismes. J’ai aussi pu mettre à profit mes compétences quant au logiciel Trados.

Quelles sont les missions que tu as le plus appréciées et qui ont suscitées ton intérêt ?

(Silence puis rires) Sans doute le lancement de projet car nous avons accès aux supports et aux publicités des marques en avant-première et connaissons ainsi les futurs produits qui seront mis en vente. Ce qui va sortir en janvier, j’ai déjà tout vu ! (rires) Je suis passionnée par la mode donc je suis aux anges avec les avant-premières de Kiko et de Chanel ! Enfin, voir et contribuer à l’aboutissement d’un projet est d’une grande satisfaction.

Peux-tu nous parler de tes échanges réguliers avec les traducteurs freelances ?

Nos échanges sont quotidiens et concernent les relectures, les post-éditions, etc. Nous devons connaître leurs disponibilités mais aussi négocier avec eux quant aux tarifs qu’ils appliquent au mot. Nous leur faisons également passer des tests, validés par nos traducteurs internes, car nous sommes constamment à la recherche de nouveaux traducteurs.

Une de tes principales missions était la gestion des plannings des traducteurs ainsi que la négociation avec ces derniers. Avais-tu déjà eu une expérience de ce type auparavant ?

Non, j’ai appris sur le tas comme on dit. Appréhender les plannings des traducteurs, organiser l’emploi du temps par rapport à l’urgence de certains projets ayant des deadlines et gérer des imprévus, avec des marques comme Chanel qui sont très exigeantes, cela requiert des qualités de négociateur, ils finissent par dire oui avec un peu de négociation ! (rires)

Quels enseignements tires-tu de cette expérience ?

J’en retiens que l’on peut réussir dans n’importe quel domaine, grâce à notre volonté et notre investissement. Par exemple, j’ai réalisé des bons de commandes alors que mon niveau en mathématiques est vraiment très bas et cela s’est finalement très bien passé.

Quels conseils donnerais-tu à un étudiant qui souhaiterait faire son stage à ce poste ?

Je lui dirais qu’il faut savoir gérer son stress, son temps et avoir des talents de négociateurs. Avoir de l’ambition fait également partie de mes conseils, tout comme ne pas se mettre des barrières en se disant qu’on n’y arrivera pas. En conclusion, il est nécessaire d’avoir plusieurs cordes à son arc.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.