Les métiers du livre, entre authenticité du format papier et course à la numérisation

Par Solenn Aliji, Carina Fleuret et Océane Guillot, à partir de la conférence donnée par Sylvie Ducas, le 10 décembre 2020, dans le cadre du cycle de conférences professionnelles du master MRT.

Le secteur du livre est un petit secteur, qui se doit d’être en constante adaptation. En effet, alors que notre monde se numérise toujours plus, les métiers du livre doivent se rendre à l’évidence : l’adaptation est un passage obligé afin de satisfaire les demandes, et surtout une nécessité pour que ce secteur puisse continuer à se maintenir.

 Ce sont les trois grands métiers du livre, qui ont par ailleurs besoin les uns des autres, qui doivent se réinventer : nous parlons bien évidemment de l’édition, qui regroupe quatre branches distinctes que sont la création du livre, la réalisation, la fabrication et la diffusion, de la librairie ensuite, qui s’occupe principalement de la diffusion et de la vente et, pour finir, de la bibliothèque, qui a pour but la médiation, la conservation et l’animation du produit fini, le livre.

Le livre est donc un produit fini, qui nécessite de nombreuses étapes et transformations avant de devenir ce que tout le monde connaît et possède chez lui. Mais qu’en est-il de la chaîne du livre face à cette mutation importante que l’on appelle « la révolution numérique » ?

Le numérique, une révolution ?

Le monde du livre a de quoi se faire du souci : alors que les téléphones, les livre-tablettes et les applications en tout genre comme iBooks ou Aldiko se développent à une allure fulgurante sur la toile, le livre papier est dans leur ligne de mire. En effet, l’industrie du livre est confrontée à une concurrence qu’ils n’avaient pas forcément vu arriver et qui est aujourd’hui telle que tout le secteur est impacté et doit répondre à de nouvelles problématiques.

L’utilisateur et plus précisément le lecteur cherche aujourd’hui la facilité : ce qui est attrayant dans les livres-tablettes par exemple, c’est de pouvoir avoir avec soi tous les livres de sa bibliothèque. Le design est aussi fait pour que l’utilisateur ne se sente pas perdu et trop éloigné du livre papier, c’est-à-dire que l’on peut par exemple tourner les pages de manière « virtuelle », comme on le ferait pour un livre papier. En panne de livre ? Pas de soucis : les bibliothèques virtuelles sont ouvertes, 7j/7, 24h/24. Pas besoin d’attendre l’ouverture de votre librairie préférée…

Avoir de « vrais » livres peut vite devenir encombrant, surtout dans un petit espace. Une fois lus, ils restent sur une bibliothèque en attendant peut-être qu’un jour, quelqu’un l’ouvre de nouveau. Avec le numérique, plus de soucis de place. Tout est stocké, rangé, et sans poussière.

C’est aussi un outil de travail, sur lequel on peut dessiner, écrire, que l’on peut agrandir à souhait, et que l’on peut retrouver sur différents dispositifs numériques, que ce soient un ordinateur, une tablette ou un téléphone.

Le monde du livre papier en danger ?

Depuis une dizaine d’années, même les géants de l’Internet s’y mettent, comme Google, qui « a été le premier à lancer, non sans controverses, une nouvelle plate-forme en octobre 2004, alors appelée Google Print, avant de devenir Google Book Search en novembre 2005. L’ambition affichée était de numériser 15 millions d’ouvrages en dix ans »[1].

© Baromètre SOFIA ; bfmtv.fr

Néanmoins, les livres PDF et les numérisations à la chaîne posent problème et sont les cibles de controverses : en effet, comment un livre qui est à la base payant, peut-il devenir gratuit ? Les utilisateurs, en plus de chercher la simplicité, penchent pour la gratuité : il est plus intéressant de télécharger un livre numérique sur un site de téléchargement illégal que de l’acheter.

Le problème avec le numérique : l’invisibilité. Tout peut se créer, s’envoyer, s’effacer en un seul clic. La question des droits d’auteur pose aussi quelques difficultés et elle est bien moins respectée virtuellement.

Mais alors, comment rester attrayant face à une telle révolution numérique, qui ne semble pas vouloir s’arrêter là ?

Le livre papier pourtant incomparable

Malgré cet engouement pour le livre numérique, le livre papier est de loin le support préféré des lecteurs et le monde du livre est loin d’avoir perdu la main : selon les chiffres du SNE (Syndicat National de l’Édition), le chiffre d’affaires dans l’édition est en hausse en 2019 par rapport à 2018, comme le montre les statistiques suivantes :

Source : les chiffres de l’édition, SNE, 2019-2020.

C’est donc toute une chaîne de travail qui reste debout, car d’après une étude menée par Two Sides et Toluna, le livre papier est préféré des Français à 85%. 72% d’entre eux assurent que le papier est une aide à la concentration et à la compréhension, 61% des français sont inquiets face à la sur-utilisation des outils numériques et électroniques et 76% d’entre eux ont affirmé être préoccupés par leurs informations personnelles qui peuvent être piratées et utilisées à tort.

En effet, quoi de mieux que de toucher, sentir les pages d’un livre ? Un livre papier n’a pas besoin de batterie et peut être lu n’importe où, à n’importe quel moment, et surtout, il n’inonde pas notre cerveau d’ondes électromagnétiques, ce dernier déjà bien touché par notre environnement actuel.

Finalement, la vraie question n’est peut-être pas de savoir lequel des deux formats prendra le dessus dans une course acharnée, mais plutôt de comprendre comment ces deux derniers peuvent se compléter, pour pouvoir subsister ensemble.


[1]  https://www.senat.fr/rap/r09-338/r09-3385.html


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.