Jessica Tcheutchemi : « Avec la crise sanitaire, il y a une difficulté supplémentaire à trouver un stage mais il ne faut pas baisser les bras, il faut montrer ses compétences »

Nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec Jessica, ancienne étudiante du Master MRT. Cette formation a été pour elle l’occasion de découvrir des domaines différents au travers de deux stages, l’un comme traductrice, l’autre en tant que Cheffe de projet et Community Manager. Elle nous fait part de ces expériences qui se sont déroulées en pleine épidémie de Covid.

Interview réalisée par Anna GUILLEMIN et Florent CHANE-WAÏ, via Skype, le 28 novembre 2020.

FC : As-tu l’impression d’avoir eu plus de difficultés à trouver un stage pendant la période de Covid?

JT : Avec la crise sanitaire, cela a été un peu dur de trouver un stage. J’ai l’impression que les entreprises veulent des candidats qui possèdent déjà une expertise. Il y a donc une petite difficulté supplémentaire à trouver le stage mais il ne faut pas baisser les bras, il faut montrer ses compétences. C’est dans cette optique que j’avais créé un petit blog qui servait à montrer les activités que je faisais à côté, ou même les textes que je rédigeais pour le Master. Je pense qu’avec des petites astuces comme cela on peut trouver un stage malgré la situation actuelle.

AG : Peux-tu nous parler de ton stage en traduction ?

JT : Le stage s’est fait en télétravail, je communiquais par mail car mon tuteur était basé en Asie. Je travaillais pour une maison d’édition qui possède plusieurs bureaux dans le monde dont le principal est à New York. Dans un premier temps, j’ai traduit des ouvrages qui relèvent du domaine des sciences humaines, donc de la « non-fiction ». La deuxième partie du stage a entièrement porté sur la relecture et la correction de tout un ouvrage, traduit par un autre traducteur.

FC : Tu as travaillé en tant que traductrice bénévole pendant deux ans. En quoi cette expérience antérieure a été différente de ton stage en tant que traductrice ?

JT : Elle était différente car je faisais cela pour le travail de mon père ou en tant que loisir où il n’y avait pas de deadlines. Dans le cadre familial, il fallait que je traduise vite mais je n’étais pas sous pression. D’ailleurs, durant le stage, mon tuteur me disait aussi que la qualité primait sur la rapidité. Sur les 20 ou 30 pages que j’avais à lire, je traduisais donc entre 10 et 15 pages par semaine. J’étais dans un domaine que je ne connaissais pas donc il y avait du temps de recherche en plus. La quantité de travail n’était donc pas la même.

AG : Pourrais-tu nous décrire une journée type pour ton stage de traduction ?

JT : Je me levais entre 8h et 8h30 pour recevoir la tâche de traduction ou de relecture. Nous avions un cloud de l’entreprise d’où je téléchargeais les fichiers et le tuteur attirait mon attention sur les points importants. Ensuite, je me mettais à traduire jusqu’en fin de journée. Comme j’étais en télétravail, il m’arrivait parfois de travailler plus que prévu.

FC : Ton stage actuel se passe-t-il bien malgré l’épidémie de Covid ? 

JT : Cela se passe bien, même si je préfère travailler en entreprise. Je suis aujourd’hui à la fois Community Manager du média Bepolar, un média basé sur la culture autour du polar et du thriller, et à la fois Chargée de projet, c’est-à-dire que je fais de la prospection commerciale [1] auprès des éditeurs, de la gestion de projets pour mettre en avant des œuvres à travers des jeux en ligne, des concours pour faire gagner des livres par exemple. 

AG : Pourrais-tu à présent nous décrire une journée type pour ton stage en Community Management ?

JT : En ce moment, nous organisons des réunions dès le matin, à 9h30, pour parler de l’avancée de chacun et des projets qui sont en cours. Après la réunion, je prends une à deux heures pour publier mes posts du jour et préparer ceux de la semaine. L’après-midi, je fais de la prospection commerciale,  je m’occupe de la gestion du site et je réponds par mail aux membres de Bepolar abonnés à nos réseaux sociaux. Une ou deux fois par mois, voire plus, je suis également amenée à mettre en place des petits escape games [2] en ligne, et parfois, je dois écrire les scénarios.

FC : Que t’ont apportée ces stages ?

JT : Ces stages m’ont surtout permis de développer mon organisation et ma rigueur : j’ai appris à gérer plusieurs choses à la fois et surtout à être vigilante pour chaque dossier que je suis.

AG et FC: Merci pour ta disponibilité Jessica et très bonne continuation à toi !


[1] Rechercher des clients potentiels.

[2] Un escape game est un jeu d’énigmes. Pour les escape games en ligne, le but est de sortir de la page du jeu en trouvant les indices aux énigmes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.