Tara P.M. : « En webrédaction, l’écriture utile et l’écriture marketing apportent une valeur à mon écrit »

Bienvenus chez Innelec !

Paris, le 25 novembre 2020.

Tara, 24 ans, est passionnée de jeux vidéo. Ancienne étudiante du master MRT, elle a profité de cette formation pour effectuer un stage en webrédaction chez Innelec Multimedia, une entreprise de distribution de produits multimédias.

Par Daniela L. et Mathilde P.

Daniela :  Tu effectues ton stage chez Innelec Multimédia,  peux-tu nous présenter cette entreprise ? 

Tara : C’est une entreprise qui distribue des produits multimédias à de grandes surfaces élémentaires (Carrefour, Leclerc…), et à de grandes surfaces spécialisées (Fnac, Darty…).

Mathilde : Tu as plutôt une formation d’angliciste,  pourquoi as-tu choisi de te tourner vers un stage en web rédaction plutôt qu’en traduction ? 

Tara :  J’ai passé quelques entretiens pour un stage en traduction, mais on m’a dit que je n’avais pas la bonne formation, parce que la traduction de jeux vidéo c’est plutôt de la localisation (NDLR : la localisation est un travail d’adaptation d’un jeu-vidéo pour qu’il soit commercialisable dans un autre pays). Je me suis donc tournée vers la webrédaction.

Mathilde : As-tu rencontré des difficultés pour trouver ce stage à cause de la crise sanitaire

Tara : Oui, énormément. La recherche de stage s’est déroulée en plein confinement. J’ai envoyé une trentaine ou une quarantaine de CV. J’ai passé un entretien pour une agence de traduction et de webrédaction qui s’est très bien passé, j’ai été prise. Mais au fur et à mesure de la crise, ils n’avaient plus les moyens de payer une stagiaire. Heureusement, une amie du MRT m’a envoyé l’annonce d’Innelec qui était sur LinkedIn, et c’est comme ça que j’ai trouvé mon stage.

Daniela : Comment se passe ton stage ?

Tara : J’ai commencé mon stage fin juin, pendant le déconfinement. J’ai d’abord travaillé en présentiel, mais nous avons dû passer au télétravail. Actuellement, je suis donc ce stage surtout en distanciel. Concernant mes missions,  Innelec Multimedia a un site internet qui regroupe tout ce que vend l’entreprise pour en informer les clients. Mon rôle a été principalement de rédiger des fiches-produits. Quand un nouveau produit est commercialisé, il est rentré informatiquement, mais parfois le titre du produit contient, par exemple, des abréviations anglaises, et c’est peu lisible et agréable pour les clients. C’était à moi de rendre la fiche plus lisible. Konix, la marque d’accessoires gaming d’Innelec, m’a aussi proposé d’écrire quelques articles pour leurs actualités. Je rédigeais des communiqués de presse sur les personnes à qui Konix pouvait proposer des partenariats.

Mathilde : Peux-tu nous parler de ta première semaine de stage ?

Tara : Pendant ma première semaine, j’ai surtout observé, mon tuteur m’a montré les différents services ; c’était bien pour s’intégrer plus facilement aux équipes. J’ai été formée au logiciel avec lequel je rédige les fiches-produit, et j’ai dû rédiger ces fiches. Une fois qu’on m’a donné cette mission, j’ai fait ça pendant plusieurs mois, puis le directeur de Konix m’a dit : « Bon. Tu me fais un peu de la peine à faire tout le temps la même chose, je vais te trouver une autre mission ». (rire) Et ça m’a fait du bien !

Daniela : Qu’as-tu appris sur la webrédaction durant ce stage ?

Tara : J’ai appris à rédiger de manière plus concise et plus précise. En cours, on a surtout vu comment informer, dans une optique de journalisme, et moins comment synthétiser. J’ai appris l’écriture marketing, qu’on n’a peu abordée en cours. Au début, j’avais une manière d’écrire mes descriptions qui pouvait desservir le produit. C’est une habitude à prendre d’enjoliver un peu les choses quand on fait de l’écriture marketing.

Mathilde : Tu as donc ressenti un décalage entre le MRT et l’expérience sur le terrain… Quel était le sujet de ton mémoire professionnel ?

Tara : J’ai eu du mal à trouver un sujet de mémoire. Les tâches que j’effectue lors d’une journée typique sont assez répétitives. J’ai discuté avec ma directrice de mémoire, je lui ai fait part de ma frustration, et elle m’a aidée à voir les choses sous un autre angle. Dans mon mémoire, j’ai comparé l’écriture marketing à l’écriture utile, et expliqué qu’avec une écriture utile on est plus synthétique, alors qu’en écriture marketing, on est plus vendeur. J’ai montré qu’en utilisant ces deux formes d’écriture j’apportais une valeur à mon écrit, puisqu’il allait probablement mener à la vente du produit dont je faisais la promotion.

Daniela : Quel conseil donnerais-tu aux étudiants qui souhaiteraient se diriger vers la webrédaction ?

Tara : Dans le contexte actuel, la webrédaction est un secteur avantageux, puisque c’est une activité qu’on peut effectuer en télétravail. Donc, si ça vous intéresse, allez-y, mais choisissez si possible un domaine qui vous plaît. Et… gardez la pêche (rire) !


Update du 25 février 2021 : Tara est actuellement disponible pour un nouvel emploi. Si vous avez besoin d’une professionnelle qualifiée en webrédaction, n’hésitez pas à faire un tour sur son profil LinkedIn.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.