La révolution de l’édition numérique a-t-elle vraiment eu lieu en France ?

une femme allongée sur un hamac tient un ebook
Crédit : Perfecto Capucine / Unsplash

L’éternel combat entre le passé et l’avenir n’échappe pas au livre ! Le livre imprimé incarne une histoire à lui tout seul, alors que l’ebook s’inscrit dans la tendance du « tout numérique ». Mais peut-on vraiment parler d’une révolution dans le marché du livre français, alors que la France tend à protéger son industrie nationale et traditionnelle ?

Le numérique a déjà bouleversé le monde de l’édition

Aujourd’hui, l’édition numérique représente une part importante du chiffre d’affaires pour les maisons d’édition. En 2018, le marché du livre numérique a généré 212,6 millions d’euros, soit une hausse de 5,7% comparativement à l’année précédente, selon le rapport annuel du Syndicat national des éditeurs (SNE).

infographie chaine du livre
Crédit : ActuaLitté

Plus que les chiffres, l’édition numérique bouscule la chaîne du livre, notamment avec l’arrivée de nouveaux acteurs. Les plateformes d’autopublications ou de partage d’histoires continuent de fleurir et elles ont déjà fait leur preuve. Elles sont souvent à l’origine de best-sellers comme les livres d’E.L James et sa trilogie Cinquante nuances de grey, ou After d’Anna Todd qui est devenu célèbre grâce à sa publication sur l’application Wattpad (un site de partage de récits, qui possède depuis sa propre maison d’édition). Dans cette même lancée, des maisons d’édition exclusivement en ligne et qui ne publient que des ebooks ont vu le jour. Certains de ces éditeurs pure players se positionnent comme une alternative pour les auteurs qui ont été refusés par les maisons d’édition dites classiques.

Le plus grand changement reste la monopolisation de certains acteurs dans la chaîne du livre. L’exemple parfait est l’entreprise Amazon. Elle est devenue la plus grande « librairie » du monde, toute structure confondue. Elle fournit le support de lecture à travers la liseuse Kindle et elle possède une maison d’édition t’autopublication, Kindle Direct Publishing qui est disponible en 7 langues. Les distributeurs traditionnels et les éditeurs français ont dû s’adapter à ces nouveaux concurrents, et ils doivent faire face à ce nouveau modèle de fonctionnement.

L’ebook, un marché encore trop segmenté ?

infographie chiffre d'affaires de l'édition numérique
Les chiffres de l’édition 2017-2018 par le SNE

En y regardant de plus près, le marché du livre électronique est largement soutenu par la catégorie des livres pratiques et plus particulièrement des livres professionnels et universitaires. Selon le rapport annuel du SNE sur les chiffres de l’édition pour 2018, ces livres représentent les trois quarts du chiffre d’affaires, et  36% des ventes numériques sont des livres professionnels et universitaires.

Ces chiffres s’expliquent facilement par l’accélération de l’utilisation des manuels numériques au collège et au lycée. Cette tendance sera encore visible pour les quelques années à venir, alors que des régions viennent de lancer leur plan « 100% numérique » pour la rentrée 2019/2020 (l’Ile-de-France et la région Grand-Est). De manière générale, le monde universitaire est également grand consommateur de numérique. Les bibliothèques universitaires regorgent dorénavant de livres en format epub ou de documents en PDF accessibles depuis un ordinateur, sans se déplacer. OpenEdition est un portail de ressources en ligne dans le domaine des sciences humaines et sociales, au niveau international. Il est largement utilisé par les éditeurs et les revues scientifiques.

Néanmoins, l’édition numérique de littérature ne cesse d’augmenter, du fait d’une hausse de livres publiés en format epub et d’un chiffre d’affaires en net croissance (+6,2% par rapport à l’année 2017, d’après les chiffres du SNE). De plus, bien que les lecteurs soient relativement jeunes (34% ont entre 15 et 24 ans), toutes les tranches d’âge de la population touchent aux ebooks. Ainsi, le marché du numérique reste encore une niche à exploiter.

Un contexte français qui favorise le livre papier ?

librairie shakespeare and company
Shakespeare and Company, la fameuse librairie anglo-américaine implantée dans la capitale depuis 1919.
Crédit : Jeevan Jose / unsplash

Néanmoins, la France reste encore loin derrière concernant la part du marché du ebook (environ 3% contre 12% aux États-Unis et au Royaume-Uni). La politique culturelle française est souvent mise en avant pour protéger son industrie nationale. Lorsque Jack Lang était ministre de la Culture, il a propulsé la Loi relative au prix du livre, fixant un prix unique. Ainsi, certains livres numériques ont des tarifs quasiment alignés sur les livres imprimés, voire au même prix qu’un poche. De plus, la France reste l’un des pays avec le plus de librairies indépendantes, bien que le métier tende à se précariser.

La vente de livre d’occasion est l’autre marché porteur. Que ce soient les magasins spécialisés comme Boulinier ou les sites en ligne dédiés aux occasions comme Momox (une entreprise allemande dont la France est le 2ème marché), ces ventes rivalisent avec les ebooks. Le marché de l’occasion est fortement aidé par l’attrait à l’écologie des consommateurs et par la baisse du pouvoir d’achat des ménages. Cependant, ce sont des bénéfices que les maisons d’édition et les auteurs ne touchent pas, car ils ont perdu leur droit dès la première vente.

La lutte contre le piratage est une problématique constante pour les maisons d’édition. Un combat coûteux et long pour les maisons qui se sont liguées contre les pirates et Google qui les laisse apparaître sur son moteur de recherche. En 2018, la plateforme OceanOfPDF avait fermée grâce à des éditeurs britanniques, mais elle est rapidement revenue sous un autre nom de domaine. Bien que le SNE a proposé plusieurs outils comme Surys (cette solution permet l’envoi automatisé de très nombreuses demandes de retraits, à mesure de l’apparition des contenus illicites) ou LeakID (une sorte de sous-traitance des recherches de contenus illégalement mis en ligne), le coût reste trop important car ils sont gérés par des entreprises privées et le SNE ne prend en charge qu’une partie.

La question principale que tout le monde se pose est de savoir en quelle année l’édition numérique dépassera l’édition classique ? Avec un chiffre d’affaires qui a atteint 377,1 millions d’euros pour les livres de poche en 2018 soit plus de 165 millions d’euros de différence, elle ne semble pas encore être bientôt détrônée. Les Français semblent encore attachés aux livres imprimés et à la préservation de ses librairies.

Mais un nouveau concurrent commence déjà à faire de l’ombre au livre numérique : le livre audio. Depuis quelques années, il a fait son apparition sur internet, avec Audible (une société appartenant à Amazon). Un concurrent de taille, car il joue sur la tendance du podcast, un marché en expansion. Au contraire du ebook ou du livre papier, il peut facilement toucher un nouveau public, car il repense la manière dont on peut « lire un livre » : en l’écoutant.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.