« En tant que traductrice littéraire, je ne pensais pas aimer traduire de la finance… », confie Marianai, aujourd’hui traductrice freelance

thumbnail_damir-kopezhanov-nC6CyrVBtkU-unsplash

Mariana*, traductrice du français vers l’espagnol vient tout droit d’Argentine. Elle y traduisait des textes de littérature et de sciences humaines pour des maisons d’éditions. Passionnée de littérature francophone, elle est venue en France il y a un an et demi pour réaliser le master MRT. Il s’agissait aussi pour elle de perfectionner son français. C’est au cours de ce master qu’elle a pu découvrir un nouveau domaine en traduction : la traduction rédactionnelle. A l’issue d’un stage en agence de traduction, elle a été engagée comme traductrice freelance. C’est dans le calme d’un café parisien que nous avons eu le plaisir de la rencontrer.

Par Wafaa Bouhafsi et Katya Fidalgo, à Paris, le 10/12/2020

Tu as effectué ton stage de fin d’étude en agence, était-ce ta première expérience dans ce type de structure ?

Oui, mais ce n’était pas ma première expérience en traduction. J’avais déjà traduit pour des maisons d’éditions en Argentine et pour des clients particuliers. C’était donc une expérience assez différente parce que les types de textes, les longueurs des textes et les délais de traduction sont complètement différents. Pour un livre je pouvais avoir trois mois alors qu’en agence parfois je n’avais que deux heures. J’étais libre de gérer mon temps. Si un jour je n’étais pas inspirée pour traduire, je pouvais faire une pause et reprendre le lendemain. En agence, nous avons des délais bien plus courts à respecter. Bien sûr, les textes sont plus courts mais il ne faut pas perdre de temps.

Est-ce une pression ?

Parfois c’est une pression et en même temps c’est très formateur parce que ça nous entraîne à prendre des décisions assez rapidement et à mieux gérer notre temps.

Avais-tu un sentiment d’insatisfaction quand tu avais seulement deux heures pour traduire ?

Bien sûr mais c’est un sentiment que nous avons tous pour chaque traduction. Qu’il s’agisse d’une traduction à rendre dans deux heures ou dans un an, après l’avoir rendue nous remettons toujours en doute nos choix de traduction.

Quelles tâches devais-tu réaliser ?

La traduction correspondait à 30% de ce que j’ai fait pendant mon stage, ce qui représente 50 000 mots, je traduisais un peu moins de 10 000 mots par mois. Comme nous étions seulement trois à traduire vers l’espagnol, j’avais beaucoup de demandes. C’est une chance. Les 70 % restant étaient essentiellement des relectures qui, pour la plupart, se faisaient vers et depuis n’importe quelle langue, notamment des langues que nous ne maîtrisions pas. L’objectif était de vérifier s’il y avait des noms propres, des chiffres ou des sigles qui n’avaient pas été traduits correctement. Cela prend beaucoup de temps mais ça m’a appris à mieux me relire. A présent, j’avoue que je gagne beaucoup de temps dans mes traductions au niveau de la relecture parce que j’ai l’habitude de relire d’autres textes et de savoir où l’on peut se tromper.

Quel type de traduction devais-tu réaliser ?

Le pôle des traducteurs est divisé en finance, luxe, médical et service, et industrie. Moi, j’étais dans l’équipe finance. Mais en réalité on ne fait pas que les traductions de son pôle. J’ai également traduit des textes de magasins de mode ou de cosmétiques.

A-t-on plus ou moins de liberté quand on traduit ce type de textes ?

Du point de vu de mon expérience, je pense que l’on a plus de liberté. En effet, il m’est arrivé de traduire des textes qui étaient très mal rédigés, ou qui contenaient des fautes affreuses, et dans ce cas, on doit corriger. Cela arrive rarement lorsque l’on traduit un texte littéraire, car la langue y est beaucoup plus soignée. De plus, en tant que traductrice littéraire, je respecte beaucoup la langue, les choix de l’auteur. Par conséquent, je n’ose pas prendre trop de liberté au moment de travailler mon texte en espagnol. Mais il s’agit là d’une position personnelle par rapport à la traduction littéraire.

Le changement de domaine de traduction t’a -t-il plu ?

Oui. J’avoue qu’au début, je ne pensais pas que ça me plairait. Comme j’avais fait des études en littérature, je correspondais à un autre type de profil. Mes centres d’intérêts sont plutôt artistiques. Ce sont deux domaines différents. Mais, honnêtement, ça m’a beaucoup plu, et ce qui me réjouit c’est que maintenant je sais que je peux exercer dans ces deux domaines, qui sont complémentaires.

Comment ton poste a -t-il évolué après le stage ?

Après mon stage, j’avais très envie de rester dans cette agence mais ils n’avaient pas besoin d’un 3ème traducteur d’espagnol en interne. En revanche ils ont accepté de me garder en tant que freelance. J’ai pris un mois après mon stage pour faire toutes les démarches nécessaires afin de devenir auto-entrepreneuse et j’ai annoncé que j’étais disponible à partir du 3 décembre. Entre le 3 et le 6 décembre, j’ai reçu 17 000 mots de commande. Donc, finalement, ça a marché (rires).

*Suite à la demande de l’interviewée, son nom a été anonymisé

Ce texte a été réalisé dans le cadre du cours Reformulation, réécriture, vulgarisation du Master Métiers de la rédaction traduction.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.