« Il ne suffit pas d’être à l’aise avec les réseaux sociaux pour être un bon community manager »

Crédit : Bookishfactory / Instagram

Rencontre avec Lucile Vila, ancienne élève du MRT qui a effectué son stage de fin d’études chez Wootbox.

Après un semestre de cours, nous avons eu l’occasion de nous entretenir avec Lucile. Cette jeune femme de 24 ans a récemment obtenu son diplôme du master « métiers de la rédaction et de la traduction » (MRT) de l’UPEC. Cette formation a été pour elle l’occasion d’effectuer un stage chez Wootbox, une entreprise du groupe Webedia spécialisée dans la pop-culture.

Interview par Tara MELEUX et Lina LAGHZAOUNI, à Créteil, le 17 décembre 2019.

TM : Peux-tu nous dire en quoi consiste Wootbox ?

LV : Wootbox est un modèle d’e-commerce donc ça part d’un abonnement. Tous les mois, vous recevez une « box » avec cinq petits produits. Il y aura forcément un t-shirt, une figurine et trois autres objets dits « mystères ». Chaque mois, on décidait avec l’équipe d’un thème pour la box [Marvel, Harry Potter, Star Wars…etc, ndlr].

Crédit : Wootbox / Facebook

LL : Quel était ton rôle chez Wootbox ?

LV : J’avais plusieurs rôles. Le tout premier correspondait à celui qui était indiqué sur l’offre d’emploi, c’est-à-dire rédactrice web. Ensuite, en raison de mon profil de « micro-influenceuse »[1] on a convenu avec ma formatrice que je pouvais être intéressée par le community management. De fil en aiguille, on s’est également rendu compte qu’il n’y avait pas de traducteur pour l’anglais, donc je me suis proposée de traduire certains articles que j’écrivais. J’ai aussi travaillé de pair avec la traductrice allemande pour certains articles destinés au magazine anglais.

TM : En tant que rédactrice web, quels types de contenus écrivais-tu ?

LV : Je rédigeais principalement des articles promotionnels pour Wootbox. Il faut savoir que Wootbox ne possède pas de site de vente, donc pas de site où publier ses articles. Mais l’entreprise avait des sites partenaires comme jeuxvidéo.com, millénium, IGN et purebreak. Tous mes articles étaient destinés à ces plateformes et donc publiés par les rédacteurs de ces sites. Je ne m’occupais pas de la publication, mais je rédigeais tous les articles. Chaque mois, j’écrivais trois principaux articles promotionnels. Le premier article portait sur « l’annonce thème », il s’agissait d’expliquer le thème de la box aux abonnés. Le deuxième portait sur la « méga-wootbox », un gros concours organisé chaque mois où les abonnés peuvent gagner jusqu’à 2000 euros de cadeaux. Le troisième était un « unboxing », un contenu où l’on présente tous les produits présents dans la box. À côté de ça, j’ai aussi rédigé des communiqués et des pages d’achats. Enfin voilà, j’étais en charge d’un peu tout ce qui concernait la rédaction….

LL : Quelles sont les compétences principales pour être community manager ?

LV : Il ne suffit pas d’être bon en réseaux sociaux pour être community manager. Je pense qu’on est un peu tous sur les réseaux sociaux dans notre génération, mais ce n’est pas pour autant que le premier venu peut prétendre à devenir community manager. Il faut avoir de bonnes connaissances en marketing, et je trouve que des bases en web design sont un plus, car lorsque l’on crée du contenu digital, on ne peut pas forcément faire appel à un graphiste. Il est aussi important de savoir animer une communauté. J’ai appris chez Wootbox à être assez diplomate et patiente, des qualités indispensables pour être community manager, Il faut en effet savoir rester calme face aux insultes lorsque la box d’un abonné est en retard par exemple.

TM : Que serait une bonne rédactrice web ? (ou : « Comment définirais-tu une bonne rédactrice web ? »)

LV : Je dirais Avoir une bonne plume, un style à soi et   essayer de justement montrer cette plume, sans se limiter à l’identité d’une marque pour laisser sa personnalité transparaître. C’est ça que j’ai bien aimé chez Wootbox, on m’a donné carte blanche pour écrire vraiment avec mon style. Il faut aussi avoir de très bonnes connaissances en SEO[2]. Pour moi, un rédacteur doit aussi connaître le domaine sur lequel il écrit sur le bout des doigts. Si je n’étais pas autant fascinée par la pop culture, je ne pense pas que j’aurais eu autant de facilités à écrire et à rédiger pour Wootbox. Il y a certaines références que j’ai pu ajouter à mes textes pour que les abonnés et lecteurs de jeuxvidéo.com et millénium se disent : « ah j’ai la référence, c’est sympa !», et ça donne plus de peps. 

LL: Que t’a apporté ce stage et t’a-t-il donné envie de poursuivre dans cette voie ?

LV : Ma plume s’est améliorée, ainsi que mes compétences en SEO. Comme j’étais polyvalente, j’ai pu m’améliorer sur beaucoup de choses et j’ai aussi acquis une aisance à l’oral, car nous avions de nombreuses réunions où je devais présenter des campagnes. J’ai aussi indéniablement amélioré mes compétences en community management déjà acquises lors du MRT. En effet, même si ça n’a rien à voir avec un cadre professionnel je participais à la gestion du compte Twitter du master, J’ai été passionnée par tout ce qui est partenariat et capacité d’influence. C’est à ce moment que je me suis dit que j’aimerais bien faire ça plus tard.

[1] Pour être considéré comme influenceur, il faut 10 000 abonnés. Lucile, elle, en a 4 000 sur sa page Instagram bookishfactory

[2] SEO (Search Engine Optimization) est une technique qui utilise les mots-clés afin de faire apparaître un site d’apparaitre en haut des résultats dans les moteurs de recherche.

Cet article a été réalisé dans le cadre du cours « reformulation, réécriture et vulgarisation ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.